samedi 7 janvier 2017

   Monsieur Hou: 151
    B.L.: 144
    Michel Houellebecq: 140

    Pour une fois, les chiffres ne mentent pas. Monsieur Hou était bien plus clairvoyant que le lauréat du prix Goncourt. Il n’entrevoyait aucune possibilité politique, et sa pensée n’engendrait qu’une somme d’incertitudes. Jamais il n’aurait voulu être consulté pour l’élaboration de la moindre loi, excepté celle qui aurait protégé les plus fragiles d’entre les fleurs.
    « Il est fort difficile de savoir que faire », répétait-il.
    Il aimait sourire en compagnie des alcooliques et des hérons cendrés. Il ne maudissait même pas l’humanité, alors qu’elle détruisait tout. « Ils ne peuvent pas comprendre, disait-il, moi-même je n’y comprends rien. » Il avait le génie de sa mélancolie.
    Après avoir lu La Tentation nihiliste, il avait déchiré le livre en cent morceaux qu’il avait  ensuite répandus dans son jardin. Saine réaction.
    « Elles est charmante », disait-il avec délicatesse à chaque passage d’une amazone.
    Quand on a eu la chance de rencontrer un tel homme, on ne peut qu’être agacé par les apparitions de Michel Houellebecq, et plus encore par l’obséquiosité de ceux qui l’interrogent.

(1488)


Monsieur Hou était une Chèvre sacrée

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire