vendredi 10 mars 2017

   Quelquefois, l’effet des anxiolytiques survient trop tôt et nous prive de la douce hébétude qui vient naturellement après la crise d’angoisse. Plus rare est le fameux effet paradoxal, lequel accentue le malaise que le calmant était censé supprimer, mais j’en parlerai un autre jour, car cette fois-ci tout se déroule comme prévu.

(1457)


2 commentaires:

  1. Parfois en fait, nous avons juste besoin de déconnecteurs logiques.

    RépondreSupprimer
  2. Vous avez une excellente oreille, Sainte Catherine.

    RépondreSupprimer