samedi 24 juin 2017

   Entre deux personnes en résonance s’installe quelque chose d’indicible qui se traduit souvent par l’échange de sons indéfinissables - mugissements ou fragments de syllabes-, le tout entrecoupé de pauses impeccables.
    Mon oncle Emil a raison de rappeler que la véritable communication est muette, mais celle-ci est plus agréable encore lorsque dans le silence complice naissent des grognements, l’esquisse d’un pas de danse, quelques petits cris inconnus, l’invitation au délire.
    « Iminil, ili minil », me dit environ tous les six mois une de mes amies au génie imparable, et à laquelle je réponds avec mes faibles mots : « Es-tu sûre ? »

(1487)




Il sont tous fous, dit chèvre Catin

5 commentaires:

  1. Mon très cher Marquis , comme je vous écoute au coeur de mon coeur,oui , nous en sommes sur
    merci de votre billet .
    Votre duchesse de Pin

    RépondreSupprimer
  2. Marquis, on ne dit pas ...
    (Bon, tant pis).

    RépondreSupprimer