lundi 5 juin 2017

   Les fanatiques religieux, qui haïssent jusque l’onanisme, posent des bombes lors du concert d’une star du Peep-show planétaire. En défenseur de la variété des plaisirs, de Diogène à Donatien en passant par Platon, je forme quelques voeux*:

    - que jamais le port de la mini-jupe ne soit proscrit.
    - que soient bannis ceux qui honnissent les femmes provocantes et tancés les intellectuels qui encensent la maigreur.
    - que la règle d’or du féminin absolu - taille (en cm) moins 100, au total exprimé en kilos - reste un objectif à moyen terme.

(1458)


Peux mieux faire



* Je reste hélas à jamais incapable de mettre le e dans le o, entre autres.

6 commentaires:

  1. Le plus drôle, c'est que ce sont souvent des gros pleins de soupe, relativement moches, plein de rides et de poils dans les oreilles, des "tue l'amour" (et c'est un euphémisme !)qui cherchent un trou de moins de 15 ans dans une enveloppe millimétrée et pesée au gramme près ! ;-)


    Mais j'y pense ! Me voilà exclue de vos critères de désirabilité. Oh ben zut alors ! Vais-je m'en remettre ? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Aukazou, il n'est jamais trop tard pour tendre vers la règle d'or. Ou pour refuser toute règle, bien entendu.

      Supprimer
  2. Ne sachant pas faire de e dans l'o, je le reproduis. Au besoin, copiez et collez celui-ci œ cher Marquis, je vous l'offre.
    Au plaisir de le voir dans tous vos nobles vœux.
    Lucm de Rezé

    RépondreSupprimer
  3. Et hop œ œ œ œ œ œ œ œ , je suis à nouveau dépassé par la science de mon unique lecteurs.

    Mille mercis et bonne sieste, cher Lucm de Rezé.

    RépondreSupprimer
  4. Sinon, clic droit sur la partie soulignée en rouge de votre oeuvre dont l'e est sec, clic gauche sur le mot avec l'e mouillé (œuvre).

    Un deuxième lecteur passant par là et toujours près à rendre service.

    RépondreSupprimer
  5. Œuvre, en effet, ça fonctionne, et c'est inouï : après des années de sieste, j'ai maintenant deux passants-lecteurs.

    Merci à vous et caprines salutations depuis l'Orée, cher Wroblewski.

    You rule.

    RépondreSupprimer