samedi 19 août 2017

   La Paix perpétuelle, c’est être allongé sur un matelas d’eau tiède et recevoir quelques gouttes d’eau sucrée toutes les quarante secondes. C'est intenable. À tous ceux qui pensent avoir trouvé La Solution, nous devons montrer cette vision aérienne de Guido Ceronetti :

    « Le choix profond de l’homme sera toujours pour un enfer passionné plutôt que pour un paradis inerte. »

    Comment laisser à chacun la possibilité d’aménager son propre enfer, en toute clairvoyance et sans trop déranger les autres ? Voilà la question qui devrait constituer la base d’une philosophie politique universelle.

(1405)


Accueil pour Sittelle - nommée Torchepot par un malvoyant

5 commentaires:

  1. "Tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos dans une chambre".
    Blaise Pascal
    Un pur génie. Il faut lire toutes ses pensées, c'est très court mais qu'étincelles. Pourquoi est-ce bien souvent des hommes tourmentés, à la santé fragile qui nous offrent les plus beaux aphorismes et des œuvres d'art... Snoopy doit le savoir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Son prénom était un prélude au génie, bien entendu (houba!).

      Mais sans le malheur, point de bonheur. Supériorité de Lao-tseu - et surtout de Tchouang-tseu, plus humain, sur le génie pascalien.

      Constance de l'inconstance, voilà l'affaire homme, laquelle arrive au point culminant de son autodestruction - paradoxale ?

      Ou alors, tout simplement, la conscience n'est-elle pas apparue aux hommes pour leur proposer de ne plus se reproduire ?

      La question essentielle reste ouverte à tous vents.

      Quant à moi, je disparais en forêt, car il ne faut jamais rater les vents forts.

      Supprimer
  2. " N’être bon à rien, n’est-ce pas un état dont il faudrait plutôt se réjouir ? "

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai effacé mon commentaire par erreur.

      Reprenons, donc.


      En effet, mais il vaut mieux ne pas se réjouir trop tôt, car on ne sait jamais. (C'est ce que j'ai dit la nuit dernière à mon ami Tchouang-tseu, alors que je ne dormais pas.)

      Passer une nuit blanche de temps à autre est indispensable à qui veut conserver l'amour de la sieste.

      Et hop. Je persévère dans mon être.

      Au lit, petit conatus.

      Supprimer
    2. Vous avez raison.

      Tchouang-tseu aussi.

      Mais évidemment tout le monde a tort.

      Je vous salue depuis le Sud où je sommeille depuis plus d'une révolution.

      La sieste, le sommeil, la veille, tout est parfait.

      Persévérons.

      Je dormais, je dors, je dormirai.

      Supprimer