vendredi 11 août 2017

   Le développement du réseau Internet, avec sa mémoire totale associée au désir de Transparence Internationale est une excellente chose : tout cela jette une lumière puissante sur notre créativité dans l’art du mensonge, et plus encore sur le déni des contradictions qui nous constituent.

(1612)



Époux atteints de Transparence

2 commentaires:

  1. Comme dit le grand philosophe Stevie Wonder : « Tout le monde veut accéder à des biens sans savoir comment les gérer. Nous en demandons toujours plus en vain, en passant à côté des vraies valeurs. Franchement, ne vous cassez pas la tête pour ce qui n’est qu’une chose ! ».

    Le problème à mon avis n’est pas tant l’instrumentalisation d’Internet à des fins narcissiques et mensongères, que la foi en l’avenir des sciences et de la technologie indépendamment d’une finalité spirituelle. Un physicien éminent, Werner Heinsenberg, déclarait : « L’espace dans lequel se développe l’être spirituel de l’homme a d’autres dimensions que celle dans laquelle il s’est déployé ces siècles derniers. ». Alors évidemment, si nous considérons la science et ses applications technologiques (Internet, puisque vous en parlez) comme l’aboutissement et non comme le prélude, nous régresserons jusqu’à la destruction. Il ne s’agit ni de moralisme, ni d’une vague religiosité, mais d’une réflexion nouvelle sur la nature de la connaissance.

    Oui, oui, je sais, je suis débile et agaçante et je n’ai pas lu le Bluff éthique de Saint Espadrille. Mais c’est pas grave car : « Don’t you worry ’ bout a thing » et aussi : « There are more things in heaven and earth, Horatio, than are dreamt of in your philosophy » ;-)

    https://youtu.be/Skq4IQmt58o

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous aussi êtes attachante, Aukazou, les jours où l'on n'a pas envie de vous plonger dans un bain d'acide sulfurique concentré et froid.

      Supprimer