mercredi 27 septembre 2017

   En prenant de l’âge, le Macrobiote se met à citer Theilhard de Chardin :
    - Nous ne sommes pas des êtres humains vivant une expérience spirituelle. Nous sommes des êtres spirituels vivant une expérience humaine.
    Un peu dépité, cherchant ma boîte de calmants dans le tiroir, je lui réponds paisiblement :
    - Es-tu sûr ?
    Non, il n’est pas sûr - c’est déjà ça -, mais il m’assure que cette façon de voir les choses est plus utile pour vivre en harmonie avec le Tout.
    Je m’approche de la fenêtre et j’observe la plus teigneuse des chèvres en train de battre à coups de tête l’une des plus placides, cette dernière se vengeant immédiatement sur une autre, encore moins hardie. Mon cachet commençant à faire effet, il me semble soudainement que l’harmonie du Tout ne fait plus aucun doute, car j’ai sommeil - enfin une preuve irréfutable.

(1644)


6 commentaires:

  1. Je préfère vivre tranquille de mon côté, je laisse le Tout aux autres.

    Le travail sur soi est le pire de tous.

    Il semble qu'il faille fournir bien trop d'efforts pour vivre en harmonie avec le Tout.

    Soit le Tout me prend comme je suis, soit il me laisse tranquille, mais je ne me changerai jamais dans le but de le satisfaire, je me passe très bien de lui.

    L'harmonie du Tout est fait pour ceux qui ont peur de n'être rien.

    Mes oreilles distinguées, cher Marquis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'un autre côté, cher Cédric, l'intranquillité nous travaille, si j'ose dire.

      C'est probablement parce que je me sens proche de Pessoa que j'invite les vieux chinois dans mon jardin.

      Mais, que vois-je ? Il est l'heure.

      Et hop! Je dors.

      Supprimer
  2. Mon très cher Teilhard de Chardin, vos chévres ont mangé des chardons
    Et la patte de leur cher maître est portraiitiste devient croqué dans les cquenottes d’une fée habillée de luzerne
    Je vous embrasse en prairie fleurie de pissenlit encore jaune. -j’en ai vu dans paris aujourd’hui-
    mon très cher marquis de l’orée , votre Duchesse

    et Cédrix dis bien juste et l'intranquilité j'aime ce mot et le poéte poésoa
    bravo les mecs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Duchesse, je vous en supplie, ne changez jamais.

      Mille baisers.

      Supprimer
  3. Décidément, Woodstock est un grand bavard et je préfère le voir en images que l'entendre (!).

    Le bonjour vous va, cher marquis.

    RépondreSupprimer
  4. Woodstock a tendance à beaucoup développer, il est vrai.

    Toute ma sympathie à l'heure de ma sieste, cher Nuage.

    RépondreSupprimer