mardi 21 novembre 2017

   Les hommes passent le plus clair de leur temps à échanger des opinions, à la fois par manque de clairvoyance - les opinions varient sans cesse tout au long d’une vie -, et par peur d’envisager l’inanité de chacune de ces opinions. 
    À force de s’exprimer, les hommes croient pouvoir s’améliorer. Or, c’est tout le contraire qui se passe : plus les opinions se multiplient et plus les hommes attentifs deviennent malades.
    Il faut être sérieusement dérangé pour avoir le désir de s’exprimer avec sérieux, et complètement insensé pour prétendre offrir une solution aux souffrances causées - précisément - par la pensée.
    Cependant, il ne faut nullement mépriser toutes les voix : de temps à autre, par hasard et comme par magie, une phrase nous frappe et provoque une dislocation bienvenue, une sorte d’effacement partiel de notre mémoire encombrée.
    Comme celle-ci, par exemple, écrite par Jean Rostand, et qui ne me quitte jamais :

    « Ne pas ajouter à la démence du réel, la niaiserie d’une explication. »

    Il est quelquefois possible de retrouver un peu de fraîcheur mentale, à condition d'être atteint au bon moment par un trait de génie.


(1680)


 

Rares sont les bonnes feuilles,

dit Chèvre Nina

1 commentaire:

  1. C'est peut-être le plus sombre de leur temps. Le plus clair est gardé pour la joie, le rire sans raison, l'oubli.

    RépondreSupprimer