mercredi 27 décembre 2017

   La fin de quelque chose marque le début d’autre chose. Entre les deux se trouve l’essentiel, l'éternel, le sublime. Henry Miller en a très bien parlé :

    « Nous avons tous fait l’expérience de ces instants d’oubli total où nous nous sentons comme des plantes, des animaux, des créatures de grands fonds ou des habitants des hauteurs célestes... je crois que dans de tels moments nous essayons de nous dire à nous-mêmes ce que nous savons depuis longtemps mais que nous avons toujours refusé d’admettre : que vivre et être mort ne font qu’un et que vivre un jour ou mille ans ne fait aucune différence. »

(1690)


Connaissance par l'arrêt

1 commentaire:

  1. c'était la phrase qu'il me fallait lire aujourd'hui/merci mon cher marquis

    RépondreSupprimer