vendredi 29 décembre 2017

   Quand je vois, par exemple, que vous gagnez des millions en blanchissant l'argent des cartels de la drogue (HSBC), ou en poussant des créances pourries sur les gestionnaires de fonds communs de placement (AIG, Bear Stearns, Morgan Stanley, Citibank), ou en vous attaquant aux emprunteurs à faible revenu ( Bank of America), ou en achetant des votes au Congrès (tout ce qui précède) - juste comme d'habitude à Wall Street - alors que je peine à joindre les deux bouts avec mon travail à temps plein, je réalise que ma participation au marché du travail est irrationnelle.
    Je sais que forger mon caractère par le travail est stupide, parce que le crime paie. Je pourrais tout aussi bien devenir un gangster comme vous. *

(James Livingston - Auteur également de Fuck Work)


 *C'est delorée qui épaissit 







12 commentaires:

  1. Le comptable — homo calculetus— est abominable. Il est l'ennemi de la sieste — le capital le plus précieux:

    Votre dévoué cousin

    RépondreSupprimer
  2. La mouette rieuse percutant monsieur Boulier dans les couloirs est notre amazone des sphères, très cher Cousin.

    Ôtez la vue au calculateur glacial et voilà le printemps au cœur de l'hiver le plus paradoxal (ici, la température vient de remonter de dix-sept degrés en quatorze heures).

    Que le vent emporte l'humanité affairée, et que subsistent seulement cornues et primevères d'Oscar, très cher cousin.

    D'ailleurs, c'est l'heure de mon étiolement.

    Et hop !


    Je dors.


    La terre ? Pour quoi faire ?

    RépondreSupprimer
  3. «Ma couette me protégera comme un sac de sable.»

    Les marchés du monde entier ont lu votre phrase, Docteur. Les bourses réagissent vite.

    Le marché de la couette, je l'ai déjà dit, je le dis encore, explose partout.

    La couette s'arrache sur les marchés asiatiques. La demande reste forte même au Nord-est du Turkménistan où l'offre est encore rare : la logistique n'avance pas dans ces contrées.

    Les Émirats arrosent de couette tous les pays très chauds du Golfe et au-delà.

    Partout ailleurs, les peuples pensent : couette. Les peuples vivent : couette.

    Jorion n'a pas vu ça : l'incroyable nouvelle : Le Docteur et le Marquis vont sauver la vie sur terre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon cher Alfonso,

      La couette fait forcément un malheur. Elle protège les êtres les plus mal placés dans les rapports de production.

      Votre

      Dr S.

      Supprimer
  4. Comptable c'est bien beau. Encore faut-il savoir récupérer la tva et ce genre de choses. Et là, c'est une autre paire de manches. Quant à calculer l'angle d'étiolement dérogatoire, peu d'insensés s'y risquent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'étiolement, c'est la vie sur terre, Sainte Catherine, comme le démontrera très bientôt un opuscule biarrot écrit avec l'assiduité nonchalante qui sied à toute entreprise démesurée.

      Supprimer
    2. Où ça ? Place de l'Etiole ? Et faudra-t-il regarder l'étiolement un peu à côté et subrepticement pour mieux le deviner ?

      Supprimer
  5. Cher Cousin,

    Mon traité avance. Je commence un chapitre auquel je donnerai sans doute le titre suivant: De l'art de s'étioler avec autrui à la bonne franquette .

    Mais permettez-moi de demeurer allusif.

    Je vais profiter des embruns.

    Salutations de votre fidèle et dévoué

    Dr S.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très cher Cousin,

      veuillez me pardonner le retard de cette réponse, mais j'ai passé les trois derniers mois à mesurer la distance qui sépare les hommes de l'humanité - j'ai dû renoncer, la tâche étant infinie, et j'en ai conclu, au pifomètre, que cette distance était également infinie.

      Je suis heureux d'apprendre que votre travail avance, même si chacun sait que tout travail doit être abandonné, voire non-entrepris.

      Pour ma part, j'ai reçu de mauvaises nouvelles de tout le monde, ce qui m'a surpris, car en général elles sont plutôt pires.

      Je vais caresser ma kinésithérapeute et prendre un calmant, à moins que dieu me prête vie, auquel cas je ne lui pardonnerai jamais.


      Mes plus caprines pensées.


      Votre mouette et consœur,

      delorée

      Supprimer
    2. Un invité plutôt bien inspiré m'a offert en cette fin d'année trois tampons du tampographe Sardon fort réjouissants. Il s'agit d'un "ABANDONNE", d'un "ENCORE RATÉ" et d'un "PERDU D'AVANCE" qui m'ont mise de bonne humeur.

      Supprimer
    3. Le Cardinal-Tampographe est homme sans lequel tout irait encore plus mal, Sainte Catherine.

      Je comprends votre émoi.

      Supprimer
  6. Docteur,

    Plus j'écris « Le monologue de ma fiancée » plus je m'étiole.
    Est-ce normal ?
    Des fois ça va.

    Votre facétieux patient,

    Alfonso, toujours là

    RépondreSupprimer