vendredi 2 mars 2018

   La tolérance, qui ne permet pas de réduire les nuisances causées par les intolérants, est également inutile en présence d’un homme tolérant - forcément inoffensif.

(1725)


9 commentaires:

  1. Tout n'est-il pas question de marge ? Tolérer jusqu'à un certain point ? Et alors tout va bien ?
    C'est un peu simpliste , mais ça fait plus ou moins ses preuves.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plus ou moins, Sainte Catherine, en effet, plus ou moins.

      Supprimer
  2. Tolérer cela veut bien dire accepter ou supporter jusqu’à un certain point une nuisance?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélas oui, brindamour, en société il faut supporter les autres, et dans la solitude se supporter soi-même.

      Ainsi vivons-nous, de mal en pis, et inversement.

      Idéalement, me semble-t-il, mieux vaut se poser un peu à l'écart, respirer profondément et se laisser aller dans l'acceptation du chaos généralisé.

      Ce qui n'est pas simple, car c'est extrêmement simple.

      Superbe journée, cependant : voyez combien nous sommes heureux lorsque nous sommes absents à nous tous.

      Supprimer
  3. Vous signez-là un retour en fanfare ! Bravo !
    Et le Schultz choisi est pour le moins déstabilisant ! Re-Bravo !

    RépondreSupprimer
  4. La parfaite tolérance doit sans doute dépendre d'un bon équilibre nerveux. Quand on est à cran, qu'on a "les nerfs fragiles", on ne supporte plus rien - d'où la solution de l'isolement, dur à supporter lui aussi mais plus reposant que l'enfer social.

    Dans l'isolement il faut se supporter soi-même, c'est vrai. Ainsi que la foule des fantômes qui nous hantent. J'ai fait mienne cette phrase de François Nourissier, que j'aimais bien lire il y'a quelques années : "J'ai essayé d'avoir pour moi, à défaut d'admiration, une sorte de tolérance bougonne".

    Mais peut-on, doit-on, tolérer l'intolérable ? N'est-ce pas s'en faire le complice ?

    Belle journée Marquis.

    A.

    RépondreSupprimer
  5. mieux vaut se poser un peu à l'écart, respirer profondément et se laisser aller dans l'acceptation du chaos généralisé.
    le changement se voit comme l'herbe à chat qui pousse.
    Plus rien ne retient le manque d'éducation minimum
    c'est vertigineux
    on a besoin de personne sensée qui de leur chévrière donne aussi leur point de vue.
    je m'échappe aussi
    afin de créer de nouveau mode de fonctionner pour être dans le monde sans prendre plein de rockette
    je suis ravie de vous avoir vue sur mon blog
    Mon côté abandonnique a cru que vous étiez tellement sollicité de dames plumes que votre duchesse était loin

    mais j'ai besion de voir votre nom écrit sur l'arrière de mon blog
    je vous ai lu chez l'ami JJ faut dire que son billet faisait du bien à l'âme

    je vous embrasse cher marquis votre duchesse pain

    RépondreSupprimer
  6. C'est sympa ici, on se sent comme à la maison !

    RépondreSupprimer
  7. Mon cher et unique lecteurs, je vous remercie de votre passage et vous promets de penser à vous dès mon réveil.

    Et hop !

    La couette.

    RépondreSupprimer