lundi 6 août 2018

   Il était tellement délicieux de t’attendre, que jamais je n’aurais pu imaginer qu’il deviendrait plus agréable encore de ne plus rien attendre du tout.

(1762)


Chapitre XIV - Nous arrivâmes chez Grothendieck

4 commentaires:

  1. Quel philosophe mon très cher marquis c’est un peu ma pensée du jour, nous sommes
    Dans les mêmes airs
    Je vous embrasse avec mon vaporisateur foultelletes d’eau nous refroidir
    Cher Maquis la duchesse de Pain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Duchesse de l'Éther, ces quelques foultelettes me rafraîchissent en cette nuit d'enfer brûlant sans fin depuis deux mois sur cette Terre innommable.

      Nous serons tous cramés, mais nos cendres amenderont les sols où pousseront de magnifiques lianes ondulant au vent frais enfin réapparu.


      Le Dépeupleur entre tunnel et trappe.

      Supprimer
  2. é
    délicieuse reponse mon très cher, oh ! vos très cheres biquette vous ont fait un coup quand même , çà me rapelle quand dans ma période post huitarde je tenais une ferme au pays basque, vahéres et bergéres, trois jument anglo arabe et percheronnes, le reveille sonnait tôt mes blondes d'aquitaine adoraient sauter les barrière et allait se regaler dans le maïs de mes voisins alors c'était le cri et le fouet que je faisais claquer dans les airs, jamais je n'ai pu leur taper dessus, à ces cheres ruminantes. Elles étaient de belles montagnarde, ma ferme s'appelle la ferme du haut de la Montagne en basque Mendibouroua.

    alors vos jeunes arbrissaux. je suis vraiment désolée, rien avoir avec des épis de maÏs
    je vous embrasse vous devait être à votre sieste mon très cher marquis
    je me love avec vous à bonne distance pour vous envoyer ma ptendresse ma douceur par compassion de vos arbrissaux, et le respect que je dois à un homme si fin de la plume et de la pensée. je suis à des années lumières de vos pensées , je me refuse de penetrer cette couche si réelle dans laquelle vous étes. j'ai pas le coffre,

    je vais progresser il est necessaire.
    je sais que vous soutiendrai mes premiers pas dans l'humour flirtant avec un cynisme obligatoire
    frankie Nihiliste oui, il est important aujourd'hui.

    je vous embrasse très fort très cher Marquis
    votre Duchesse de pain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Duchesse, ne vous éloignez jamais trop du buddleia, voilà la Voie du houbisme tchouang-caprin.

      Je vous ceins.

      Supprimer