jeudi 9 janvier 2020

   (...) si l'on considère combien petite est, après tout, la coupe de la joie humaine, combien vite elle déborde de larmes, combien facilement, dans notre soif inextinguible d'infini, nous la vidons jusqu'à la lie, on ne nous blâmera pas de faire tant de cas d'une tasse de thé.

(Kakuzô Okakura)

2 commentaires:

  1. Cher maître de thé, il est des breuvages qui apportent la joie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, mais avec la joie vient immédiatement son contraire.

      Supprimer