mercredi 12 mai 2021

   « Je suis la reine d’Angleterre et je roule en Morgan » disait ma mère, enfumant l’atmosphère de sa 2CV rouillée. « Je choisis mes vêtements et je sors en les emportant avec le sourire de la vendeuse. L’intendant suivra pour régler la note » ajoutait-elle en donnant des coups répétés sur le fermoir de la vitre avant.
    Elle pratiquait le double débrayage et poussait la voiture jusqu’au bout.
    « Respire plus rien » lui disais-je en période de pollinisation.
    « Je suis une mauvaise mère » répondait-elle alors en tentant de lancer par la fenêtre une cigarette qui atterrissait sur la banquette arrière - s’ensuivait un freinage d’urgence et quelques jurons destinés au ciel.
    En hiver, alors que la voiture était lancée sur une plaque de glace, ma mère sortait un paquet de cigarette en disant : « Prends le volant », puis elle sortait son briquet à la hâte, donnait un coup de frein et nous finissions dans un mur. « Encore ! »  disait-elle. « Cette fois-ci, elle est sûrement foutue » ajoutait-elle.
    (Je n’ai jamais compris la remarque de Françoise Sagan à propos des Jaguar : jamais une 2CV ne vous laissera le temps de pleurer.)

(2152)

 
Mon père avait une préférence pour la Renault 4L

2 commentaires:

  1. Votre mère avait le sens de l'accidentel.
    ........
    Ils songeaient vaguement à se marier, ils se sont emboutis.
    - J'espère ne pas vous avoir trop froissé(e) ?
    - Absolument pas, cher(e) ami(e).

    RépondreSupprimer
  2. L'amour est la forme la plus exquise de l'emboutissage accidentel, comme le disait très justement mon cousin préféré, Sainte Catherine.

    RépondreSupprimer