mardi 8 juin 2021

    L’incendie de ma cabane me causa la perte d’un tiroir de haute valeur. Je l’ouvrais de temps à autre et respirais pleinement les odeurs de vieilles lettres, photographies et autres objets d’un monde englouti: ronds à bière imprimés de quelques mots d’une écriture brûlante, phallus amoureusement sculpté dans un morceau de bougie par une des amies éméchées, taille-crayon à manivelle, fragments de piston, portraits en noir et blanc, morceaux de soupapes, … Fermant les yeux, je frissonnais. Tant d’amour survivait dans un si petit espace.
    Cependant, je ne suis pas malheureux de sa disparition. Le souvenir d’un moment de souvenir est tout aussi agréable, et plus encore : le passé cherchant sans arrêt à vous agripper avec son crochet de boucher, mieux vaut s’en tenir éloigné autant que possible.

(2153)

 
Le chien d'Albert (II) 

Photographie - Darcy


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire