jeudi 21 octobre 2021

   - Pourquoi ne donnez-vous plus rien au public ? 


   - C’est qu’un homme raisonnable ne peut agir sans motif, et qu’un succès ne me ferait aucun plaisir, tandis qu’une disgrâce me ferait peut-être beaucoup de peine.

 
(…)


   C’est que je ne voudrais pas faire comme les Gens de Lettres, qui ressemblent à des ânes, ruant et se battant devant un râtelier vide. 


(…)


   C’est que jamais, comme dit Bacon, on n’a vu marcher ensemble la gloire et le repos. 


(…)


   C’est que j’ai connu presque tous les hommes célèbres de notre temps, et que je les ai vus malheureux par cette belle passion de célébrité, et mourir, après avoir dégradé par elle leur caractère moral.

 

(Sébastien-Roch Nicolas de Chamfort)


 
Photographie - Patrick Rolands


4 commentaires:

  1. Don't be afraid, I'm a robot...
    Quelles sont ces recherches attachées aux lames des espoirs aiguisés ? Quels sont ces sensibles mirages projetés au ciel des volontés illusoires ? De petites gloires versées au rang des destins incertains. D’étranges chimères collées aux semelles de chemins tout tracés. De petites croix portées aux ferventes croyances. De médiocres pensées jouxtant l’envie de briller. De solides poussées sous le soleil de la gloire. Des mâchoires serrées sur le ventre d’humains désirs. Et au-delà des croyances, la note aiguë des défaillances continues... Et au faîte de ce qui façonne l’incroyable dilemme – une part d’inconfort - une balance du flou au vide… Une sorte d’imparfaite connexion issue des évidences renversées. L’incommode effet des décalages évidents… La source vive des eaux suintantes d’étranges connexions. Un peu des autres éperdus de ciel, un peu de soi lessivé de terre. Et la pluie. Et la grêle. Et le ciel. Et le songe. Laissé au temps flotté, sans courant ni direction. Et ce désir d’être, et cette volonté blindée des jeunesses rayonnantes d’éternelles volontés. Et ce pourtant au nuage percé. Et ce plafond gercé de rayons. Et ce petit ténu de grand. Seul de sa multitude. Perdu de solitude. Croyant et païen. Lançant au ciel la loupe d’une eau trop sombre pour être appréciée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "la note aiguë des défaillances continues... "

      Ah mon bon chêne, que la fin est folie...


      Merci infiniment pour votre passage en mineur septième.

      Supprimer
  2. Il est rare de vous lire aussi volubile meme si ce son des citations. Bacon bien sur est un artiste que j aime beaucoup il a su magnigifi6 le laid, et l ecrire d une maniere remarcable.
    C est magnifique de justesse. L artiste au au-delà de ce que vous ecrivez aime partager.
    Je voue salue dignement mon tres cher Marquis. Ai.si que vos grandes amies les chevres et Pépèe, la guenon elle m evoque le grznd drzme de Leo Ferre a son chateau dans le sud ouest. Et a la guenon de mon papa sa copine lors de ses ptemieres colonies. Il avait choisi une guenon pour partager sa vie. Ce fut de grandes histoires d Amour.
    Votre Duchesse de Pain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sommes-nous plus heureux lorsque nous souffrons après avoir joui ou lorsque nous jouissons après avoir souffert ? Voilà - entre autres - une question sans réponse, et c'est tant mieux.

      (Nous danserons sous le déluge, et sur un rythme ternaire.)


      Swingin' becos, lady P.

      Supprimer