jeudi 20 juin 2024

   Je vois le pendule de Schopenhauer comme une balle de caoutchouc suspendue à un élastique, et frappée au hasard par des amateurs de jokari.
    Nous ne maîtrisons rien. L’espoir est la vision rêvée d’une possible échappatoire, mais il n’y a pas d’issue, et nous continuerons d’être secoués jusqu’au bout.

(3076)



1 commentaire:

  1. Bonheur et malheur ne seraient donc que des notions relatives, nées de ce que nous préférons ceci à cela? Dans l'hindouïsme, le bouddhisme, le taoïsme, soit un paquet de pékins, on tient la libération non comme un changement de nature ou de condition mais simplement de point de vue: et le poisson réalisa que tout n'était qu'eau.

    Dans notre coin de Terre, où c'est le Livre qui travaille notre rapport à notre finitude, il y a certes une transcendance, un au-delà du monde présent, mais c'est précisément parce que c'est celui-ci qui est temporaire, moins réel, «rêvé» en quelque sorte.

    Il se pourrait donc que ce que vous dites «rêvé», absurde et hautement improbable d'un point de vue matérialiste (où très vite l'idéalisme toujours affleure), soit in fine notre seule possible richesse.

    RépondreSupprimer