mardi 25 juin 2024

   Le langage dévoile l’impuissance des mots, et le silence ne nous en apprend pas davantage.

(3077)

 

 


jeudi 20 juin 2024

   Je vois le pendule de Schopenhauer comme une balle de caoutchouc suspendue à un élastique, et frappée au hasard par des amateurs de jokari.
    Nous ne maîtrisons rien. L’espoir est la vision rêvée d’une possible échappatoire, mais il n’y a pas d’issue, et nous continuerons d’être secoués jusqu’au bout.

(3076)



dimanche 16 juin 2024

    Les honneurs déshonorent ; le titre dégrade ; la fonction abrutit.

(Gustave Flaubert)



   L'envie du succès, le besoin de réussir quand même, à cause du profit, a tellement démoralisé la littérature, qu'on devient stupide de timidité.

(Gustave Flaubert)



    Hélas ! ai-je pensé, malgré ce grand nom d'Hommes

   Que j'ai honte de nous, débiles que nous sommes !

(Alfred de Vigny)

 



vendredi 7 juin 2024

    (...) le travail doit être maudit, comme l’enseignent les légendes sur le paradis, tandis que la paresse doit être le but essentiel de l’homme. Mais c’est l’inverse qui s’est produit.

(...)

   Le capitalisme et le socialisme ont la même préoccupation : parvenir à la seule vérité de l’état humain, la paresse. C’est cette vérité-là qui se cache au plus profond de l’inconscient mais, qui sait pourquoi, on ne le reconnaît toujours pas, et nulle part il n’existe le moindre système de travail qui ait comme slogan : “La vérité de ton effort est le chemin vers la paresse.”

 (...)

   Le socialisme est porteur de la libération au niveau inconscient, mais lui aussi la calomnie, sans comprendre que c’est la paresse qui l’a engendré. Et ce fils, dans sa folie, la qualifie de mère de tous les vices. Ce n’est pas encore ce fils-là qui supprimera l’anathème, c’est pourquoi, avec ce petit écrit, je veux réduire à néant la calomnie et faire de la paresse non la mère de tous les vices, mais la mère de la perfection.
 

(Kazimir Malevitch)



lundi 3 juin 2024

    La justice humaine est d’ailleurs pour moi ce qu’il y a de plus bouffon au monde ; un homme en jugeant un autre est un spectacle qui me ferait crever de rire s’il ne me faisait pitié, et si je n’étais forcé d’étudier maintenant la série d’absurdités en vertu de quoi il le juge.

(Gustave Flaubert)