mercredi 16 octobre 2019

   Avec Max Stirner:

    « Un homme n'est "appelé" à rien; il n'a pas plus de "devoir" et de "vocation" que n'en ont une plante ou un animal. »

    Avec Masanobu Fukuoka:

    « Je pense que la manière dont vivent les animaux sous les tropiques, sortir le matin et le soir pour voir s'il y a quelque chose à manger, faire une longue sieste l'après-midi, doit être une vie formidable.
    Une vie d'une telle simplicité serait possible si l'on travaillait pour produire directement le nécessaire quotidien. Dans une telle vie, travailler n'est pas travailler au sens habituel du mot, mais simplement faire ce qui doit être fait. »

    Avec Paul Lafargue:

    « Ils ne comprennent pas encore que la machine est le rédempteur de l'humanité, le Dieu qui rachètera l'homme des sordidæ artes et du travail salarié, le Dieu qui lui donnera des loisirs et la liberté. »

    Programmons les machines pour qu’elles en fassent le moins possible et imitons-les.

(2042)



Pura vida 










mardi 15 octobre 2019

   Qui n’a jamais connu la dépression nerveuse ou, à la rigueur, une sévère période d’abattement, est le plus souvent dépourvu de toute humanité.

(2047)



mercredi 9 octobre 2019

   Chantez avec moi en chœur
   Savoir ? Nous ne savons rien
   Secrète est la mer d’où nous venons
   Inconnue la mer où nous finirons
   Placés entre deux mystères
   Là est la grave énigme : trois
   Caisses que ferma une clé perdue
   La lumière n’illumine rien
   Celui qui sait n’enseigne rien
   La parole dit-elle quelque chose ?
   L’eau dit-elle quelque chose à la pierre ?

(Guido Ceronetti)


Snoopy Ceronetti

vendredi 20 septembre 2019

   On aime parfois les gens à tel point que chacune de leurs paroles, chacun de leurs gestes risque de vous blesser autant que leurs silences, autant que leurs absences.

(Louis Scutenaire)



   L’hyper-surveillance généralisée n’empêchera pas les fous dangereux de passer à l’acte, mais elle terrorisera les meilleurs d’entre les hommes, lesquels ne pourront même plus imaginer de prendre la clef des champs au-delà du panneau Propriété privée.

(2041)



mercredi 18 septembre 2019

   Quand il veut dormir, le dauphin flotte à la surface de la mer. Une fois assoupi, il coule lentement jusqu'au moment où il touche le fond et se réveille. Il remonte alors à la surface puis se rendort pour couler à nouveau et se réveiller de la même manière. C'est ainsi qu'il se repose dans le mouvement.

(Benedykt Chmielowski)


 

Sitôt sorti de l'ermitage





   Éclairant les parois du labyrinthe dans lequel nous progressons, la clairvoyance nous évite de nous cogner aux murs - sans toutefois parvenir à les abattre.

(2040)



lundi 16 septembre 2019

   Qu'a-t-on besoin d'un piano ?
   Mieux vaut avoir des oreilles
   Et aimer la Nature.

(Fernando Pessoa)


Oreilles et aéronef des fous

dimanche 15 septembre 2019

   Les sages et les savants les plus illustres ont cheminé dans les ténèbres de l'ignorance.
   Pourtant, ils étaient les flambeaux de leur époque.
   Ce qu'ils ont fait ?
   Ils ont prononcé quelques phrases confuses, et ils se sont endormis.

(Omar Khayyam)



Chèvre Khayyam

mercredi 4 septembre 2019

   Il n'y a que l'inutilité du premier déluge qui empêche Dieu d'en envoyer un second.

(Sébastien-Roch Nicolas de Chamfort)


 

Renouveau

   De passage sur mes terres, la duchesse de Tournai - spécialiste mondiale de lecture ininterrompue en position couchée -, m’apprend que le haret - chat domestique retourné à l’état sauvage - mange les souris sans jamais les harceler. Le gros matou désœuvré, par contre, ce roi sans divertissement, etc.
   La bicyclette et la cigüe pourront-elles sauver l’Humanité ?

(2036)


Le houbisme sur cimes est l'avenir de l'homme

   Privilégier et protéger ce qui est léger, hésitant, spirituel, fragile, frémissant, aérien, … Voilà ce qui devrait constituer les fondements d’une politique universelle.

(2035)


vendredi 30 août 2019

   (...) la vie est pleine de gens qui n'admirent pas leurs admirateurs, qui ne répondent pas aux hommages, qui se dérobent devant leurs poursuivants et qui, le dos tourné, s'empressent, tout contrits, de faire la cour à d'autres, qui les ignorent.

(Giacomo Leopardi)




jeudi 29 août 2019

   Il ne veut pas pleuvoir: il nous en veut, et je ne peux lui en vouloir.

(2028)


Plutôt pas

   La nature humaine, si elle change, ce n'est guère plus vite que le profil géologique de la Terre.

(Hénépola Gunaratana)


   Certains de mes professeurs me regardaient comme si j’allais résoudre l’Énigme sans tarder. Mon entourage louait ma rigoureuse mécanique. On me conduisait de podium en estrade où je lisais des textes appris par cœur sans le moindre effort. On me posait sur scène pour déclamer des poèmes. Tout cela ne me procurait pas grand plaisir, mais j’obéissais.
    Obéir… quelle erreur… Quelle horreur!
    Mes premiers bulletins scolaires étaient parsemés de point d’exclamations et d’éloges - absolument non méritées, car je fonctionnais sans aucune volonté. C’était l’autre, ou plutôt, une infinité d'autres qui s’occupaient de tout. Depuis ma naissance, je n’avais aucun désir d’être au monde.
    Mon père, lui, était plus réservé. « Les fils de génies ne sont jamais des génies » disait-il en cherchant quelque chose, jusqu’au jour où il tomba, bien des années plus tard et par hasard, sur un confetti imprimé de quelques lignes retranscrites depuis le bord du néant - j’ai toujours tenté, sottement, de cerner les contours du vide parfait avec mon crayon.
    Noué sur lui-même dans son fauteuil crapaud en velours rouge placé face au mur, il semblait stupéfait, profondément abattu.
    Toute lignée est affaire de dominos basculant les uns sur les autres, chacun voyant venir son tour avec anxiété. Des monstres mettent au monde d’autres monstres, aussi terrifiants qu’eux-mêmes et presque aussi doux. Et c’est ainsi que l’Humanité progresse en marchant sur elle-même.


(2030)


De l'extinction du paupérisme

mercredi 28 août 2019

   (...) parce qu'il est dans la nature humaine de penser sagement et d'agir de façon absurde.

(Anatole France)


   Pour être sociable, il suffit d’empiler les banalités. Un minimum de sincérité condamne l’homme le plus vrai a l’exil, mais cette solitude le conduit à vagabonder sur un sol moussu, éclairé par la lumière tamisée d’une forêt de bouleaux, sous un ciel zébré d’éclairs en plein jour.

(2026)



(...)

   Et si mes pensées avaient été révélées,
   on aurait sans doute posé ma tête sous la guillotine.

(...)


(Bob Dylan)




It's alright, Ma
   On se lance en politique pour abattre les autres, et en littérature pour s’abattre soi-même. Heureusement - malheureusement -, la plupart des hommes ne font les choses qu’à moitié.

(2027)


lundi 26 août 2019

   Ne nous payons pas de mots, monsieur, et envisageons la vie telle qu’elle est. Le vol est l’unique préoccupation de l’homme. On ne choisit une profession — quelle qu’elle soit, remarquez bien — que parce qu’elle nous permet de voler — plus ou moins — mais enfin de voler quelque chose à quelqu’un. Vous avez l’esprit trop avisé, vous savez trop bien ce que cache le fallacieux décor de nos vertus et de notre honneur, pour que je sois forcé d’appuyer mon dire d’exemples probatoires et de concluantes énumérations…

(Octave Mirbeau)












samedi 24 août 2019

   Comme à l’époque où je décidais de me rendre à un festival de musique, puis rebroussais chemin rapidement - avec le sentiment d'avoir passé de savoureux instants. (N’oublie jamais de quitter ton jardin de quelques pas, tous les deux ou trois ans.)

(2023)

Haut les oreilles


vendredi 23 août 2019

   Il n'y a pas de signe certain de la vertu: tout est confusion dans la nature humaine.

(Euripide)




   Mon père était un évènement rarissime. « Le … hmr ne fonctionne plus correctement » grommelait-il en effectuant une rotation de la main dans le vide tout en montrant la poignée de porte. Après « maman » et « papa », mon troisième mot de vocabulaire fut « manipulateur ».
   Ma mère, légèrement ivre, me l’avait quelquefois rappelé en allumant une cigarette sous la pluie.

(2024)