dimanche 8 janvier 2017

   Nous sommes sur terre le temps d'un frisson...  pourquoi le perdre en l'étudiant ?

(1484)



samedi 7 janvier 2017

   L'unique fraternité est celle de ceux qui vivent avec la sensation de mort imminente de toute chose. Ceux qui vont mourir se saluent avec anxiété et forment la seule communauté qui mérite le respect. Le survie de l’humanité passera par la naissance de l’Internationale des mourants.


(1489)



Deutsche Bank mit ums

   Monsieur Hou: 151
    B.L.: 144
    Michel Houellebecq: 140

    Pour une fois, les chiffres ne mentent pas. Monsieur Hou était bien plus clairvoyant que le lauréat du prix Goncourt. Il n’entrevoyait aucune possibilité politique, et sa pensée n’engendrait qu’une somme d’incertitudes. Jamais il n’aurait voulu être consulté pour l’élaboration de la moindre loi, excepté celle qui aurait protégé les plus fragiles d’entre les fleurs.
    « Il est fort difficile de savoir que faire », répétait-il.
    Il aimait sourire en compagnie des alcooliques et des hérons cendrés. Il ne maudissait même pas l’humanité, alors qu’elle détruisait tout. « Ils ne peuvent pas comprendre, disait-il, moi-même je n’y comprends rien. » Il avait le génie de sa mélancolie.
    Après avoir lu La Tentation nihiliste, il avait déchiré le livre en cent morceaux qu’il avait  ensuite répandus dans son jardin. Saine réaction.
    « Elles est charmante », disait-il avec délicatesse à chaque passage d’une amazone.
    Quand on a eu la chance de rencontrer un tel homme, on ne peut qu’être agacé par les apparitions de Michel Houellebecq, et plus encore par l’obséquiosité pitoyable de ceux qui l’interrogent.

(1488)


Monsieur Hou était une Chèvre sacrée

vendredi 6 janvier 2017

  Si l’on considère la société d’un point de vue strictement économique, ou comptable, il faut éliminer les prisonniers, les chômeurs et les handicapés, mais également les vieillards, les indépendants en faillite et ceux ont de mauvais chiffres d’affaires. Sans oublier les notaires, qui font perdre beaucoup d’argent aux possédants.
    Cependant, les économistes et les banquiers coûtent plus encore à la communauté, et il serait donc judicieux de les supprimer en priorité.
    Par souci d’économie, il faudrait éliminer tout le monde.

(1490)


Comment gouverner par les nombres

dimanche 1 janvier 2017

  A la faisabilité du Revenu Universel, Frédéric Lordon oppose l’Objection du hamac.
   Il est pourtant difficile de rester allongé très longtemps sans ressentir l’envie de nager, caresser une idée, écrire dans les hauteurs, semer des laitues ou inventer l’anémomètre.
    Il oublie que le paresseux, lorsqu’il décide de s’activer, abat en quelques heures un travail qui demanderait plusieurs jours de souffrance à celui que l’on forcerait à effectuer la même tâche.
     Les esprits profonds ont tous compris cela : Bertrand Russell, Masanobu Fukuoka, Paul Lafargue, Henri Laborit, …
     L’instauration d’un Revenu Universel permettrait aux plus éveillés de présenter non seulement un Bilan carbone excellent, mais également de riches idées naissant pendant leur assoupissement, lesquelles seraient offertes aux entrepreneurs pour leur permettre d’approfondir leur fatigue.

(1371)


Lordon vert sans objection

   On a beau ne pas être accueillant avec les hommes, on reçoit quelquefois la visite d’anciens amis.
   A peine celui-là était-il entré que je pressentis le pire. Il commencerait par me parler de ses enfants, de l’expansion du sionisme et du mensonge de la vaccination. Tout en préparant le thé d’un air absent, j’avalai un calmant. Deux heures plus tard, il s’en alla sans jamais avoir été présent, alors que le bonheur ne m’avait pas quitté.
    Un anxiolytique pris au bon moment ouvre la voie de la fraternité en supprimant de l’enregistrement les sons indésirables, comme le faisait autrefois le filtre Dolby sur les musicassettes au ferro-chrome.

(1487)


Comment concorder


mercredi 28 décembre 2016

   Les éoliennes ne seront pas la dernière faute de goût sur le chapiteau du cirque planétaire. Gageons qu'un grillage géant sera bientôt construit à une centaine de mètres au-dessus du sol, afin de capter l'énergie nécessaire à notre agitation. A travers les mailles de cette toile d'acier, l'homme laborieux regardera les portions de ciel toujours visibles en s'écriant : "En avant !"

(1483)


La félicité en mouvement

   Il n'y a guère que les sots pour croire au libre arbitre. C'est pourquoi ils deviennent politiciens, magistrats, policiers, hommes d'église ou miliciens.

(1486)


L'athée sur le toit

vendredi 23 décembre 2016

   Aussi ridicule qu’un anticlérical fraternisant avec un imam au nom de l’antiracisme.

(1481)


Femme à jamais dévoilée

mardi 20 décembre 2016

   Tremblant à la vue d'un poussin tombé dans un bol d'eau, il serait nommé empereur. Imperméable en pareilles circonstances, on lui ferait signer un contrat de travail à temps plein.


(1479)


Chipé ici

   Un écologiste sincère ne voudrait faire souffrir personne : stériliser l'espèce humaine devrait lui suffire.

(1478)


L'avant-dernière croûte

   Merveille du feu de paille : d'une beauté visible dans la nuit à plusieurs kilomètres, il n'en reste rien à son approche. Mieux vaut rêver en regardant le ciel plutôt qu'avoir cette idée saugrenue d'approcher l'infini.

(1477)


Atterrissage imminent

lundi 19 décembre 2016

  Vincent Callebaut, brillant comme le sont toujours les architectes, a imaginé la Cité du Futur : d’immenses tours verdoyantes accueilleront bureaux, logements, commerces, potagers et salles de sport. De cette façon, il sera possible de passer une vie entière entre le dix-septième et le quarantième étage, ce qui fera gagner du temps à tout le monde. Ces riantes cités verticales comporteront de spacieux appartements avec vue sur d’autres tours, et seront parsemées de resserres à balais de neuf mètres carrés où logeront les plus modestes, car la générosité est bien évidemment la marque des grands créateurs.

(1478)


Arboretum pour le Parc humain
   C’est une répétition générale jouée un entrepôt mal éclairé où le plafond menace de s’écrouler. Les comédiens peinent à tenir un rôle auquel ils ne croient pas, alors que la pluie ne cesse de battre la toiture qui se met à percer. L’eau monte dans les traverses et emporte les prospectus pendant que la porte d’entrée s’abat avec violence, réveillant un public qui applaudit bruyamment, croyant être au spectacle.

(1456)


Au troisième coup de brigadier